print preview

« Grâce à l’équipe fantastique, mon stage a été très enrichissant. »

Après son bachelor en ethnologie et en droit, Lea a effectué un master en European Global Studies à l’Université de Bâle. Elle a pu mettre à profit les connaissances acquises dans le cadre de son stage de haute école au sein du domaine spécialisé Relations extérieures d’armasuisse.

Lea Wenger steht vor einem Gebäude

 

Dans quel domaine spécialisé travailles-tu et en quoi consistent tes tâches quotidiennes ?

J’ai été stagiaire de haute école dans le domaine spécialisé Relations extérieures jusqu’en décembre 2021. Depuis janvier 2022, je suis spécialiste des affaires politiques dans ce même domaine. Il est un peu difficile de décrire mes tâches quotidiennes car dans mon cas, il n’y a pas deux jours qui se ressemblent. Fondamentalement, on peut dire que je travaille surtout dans le domaine des affaires politiques mais j’aide aussi à organiser des manifestations. Citons par exemple l’organisation de la présentation du message sur l’armée 2022, qui m’occupe presque sans interruption depuis des semaines. Il s’agit d’un événement extrêmement complexe en raison des différentes parties prenantes, du nombre de partenaires impliqués et de la multitude de manifestations connexes.

Qu’est-ce qui t’a incitée à postuler chez armasuisse ? Quelles étaient tes motivations ?

Mes études de master en European Global Studies suivaient une approche interdisciplinaire que j’appréciais beaucoup. Mon stage de haute école dans le domaine spécialisé Relations extérieures d’armasuisse m’a donné la possibilité d’acquérir de l’expérience professionnelle dans le domaine interdisciplinaire. En outre, je n’avais jamais été vraiment en contact avec des sujets tels que l’armement ou la politique de sécurité avant de travailler chez armasuisse. Pouvoir me plonger dans ces sujets encore inconnus a renforcé mon intérêt pour ce poste.

Comment s’intègrent selon toi tes tâches quotidiennes dans le contexte global d’armasuisse ?

Un aspect déterminant de ma fonction est que je participe à de nombreux projets mais en étant rarement au centre. C’est cette implication dans des projets très diversifiés qui faisait l’attrait de mon stage. Vu de loin, on aurait sans doute tendance à me considérer à la fois comme prestataire au service des différents domaines de compétences et comme l’une des interfaces avec l’extérieur – en particulier avec le SG-DDPS et les autres départements.

Qu’as-tu appris chez armasuisse jusqu’à présent ?

Grâce à l’équipe fantastique, mon stage a été très enrichissant. J’ai eu la possibilité de collaborer avec tous les domaines et d’assumer des responsabilités dès le premier jour. J’ai non seulement appris beaucoup de choses sur l’organisation d’événements, mais aussi sur la politique d’armement et les processus au sein de l’administration fédérale. À présent, j’essaie de faire profiter notre nouveau stagiaire de haute école de ces expériences positives pour que son stage soit au moins aussi enrichissant que le mien.

Que retiens-tu de ton stage chez armasuisse ?

Une foule d’expériences. Il est impossible de les énumérer toutes dans le cadre de cet entretien, mais on peut dire que ce sont surtout les interactions humaines et les expériences communes qui rendent inoubliable le temps passé chez armasuisse. Un des principaux enseignements de mon stage est qu’il faut s’investir le plus possible et – si l’on trouve un sujet particulièrement intéressant – s’efforcer d’approfondir ses connaissances dans le domaine concerné. Mon travail au sein du domaine spécialisé Relations extérieures m’a également appris qu’il était essentiel de respecter les délais (rire).

Où te vois-tu dans trois ans ?

J’espère que j’aurai un poste qui me plaît. J’aimerais continuer à travailler dans l’administration fédérale – qui sait, peut-être pourrai-je même rester chez armasuisse.