print preview

Retour Page d'accueil

Étude sur les affaires compensatoires: intensité de recherche, volume et dynamique d’exportations plus élevés

Berne, 21.11.2022 – Les entreprises qui participent aux affaires compensatoires d’acquisitions d’armement présentent une intensité de recherche plus élevée, tout comme un volume et une dynamique d’exportations plus importants que les secteurs comparables. Telle est la conclusion d’une étude indépendante de BAK Economics. De 2018 à 2021, près d’un milliard de francs ont été injectés dans l’industrie suisse grâce à ces affaires. L’étude montre par ailleurs quelles données permettent de mesurer l’atteinte des objectifs des affaires compensatoires et de la transférer dans un monitoring périodique. Sur la base de ces résultats, armasuisse continue de développer la numérisation de ses instruments de travail et adapte ses processus.

Dans le domaine des affaires d’armement à l’étranger, les fabricants doivent compenser une partie ou la totalité du volume de commande par des commandes passées à des entreprises suisses. Afin de vérifier l’effet de ces affaires compensatoires, armasuisse a commandé une analyse d’effet à l’institut de recherche économique BAK Economics. Dans le cadre de cette analyse ont été examinées les données permettant de mesurer les effets économiques des affaires compensatoires et de déterminer s’il existe des indices permettant d’atteindre les objectifs fixés en matière d’affaires compensatoires. L’analyse comprend trois modules: une analyse des données des entreprises bénéficiaires d’affaires compensatoires, un sondage auprès de ces entreprises et une analyse technologique de l’industrie suisse.

Intensité de recherche, volume et dynamique d’exportations plus élevés

Selon l’analyse des données, 616 affaires compensatoires ont été totalisées au cours de la période étudiée de 2018 à 2021, auxquelles 194 entreprises suisses ont participé. Le volume total de commande s’élevait à environ 1 milliard de francs suisses. Environ 8% du volume de commande peut être attribué à des affaires compensatoires directes, pour lesquelles la prestation économique de l’entreprise suisse bénéficiaire a été directement intégrée dans l’armement acquis. Pour la majeure partie (92%) du volume des affaires compensatoires, il s’agissait d’affaires compensatoires indirectes, entre autres sous forme de mandats industriels et de recherche, de transferts de technologie et de savoir-faire ainsi que de soutien marketing.

L’analyse des différentes entreprises montre que celles qui participent aux affaires compensatoires affichent une intensité de recherche, un volume et une dynamique d’exportations plus élevés que les secteurs comparables. Il est impossible de dire si ce résultat est dû à la politique d’affaires compensatoires (ou à d’autres facteurs) sans disposer de points de données supplémentaires. D’un point de vue économique, on pourrait s’attendre à ce que l’augmentation de l’activité de recherche et d’exportation s’accompagne d’un niveau et/ou d’une croissance plus élevés de la productivité, mais aucune preuve cohérente n’a pu être trouvée à ce sujet.

Les entreprises considèrent les affaires compensatoires comme importantes

Selon le sondage mené auprès des entreprises, le deuxième module de l’étude, ces dernières ont tendance à estimer que les affaires compensatoires sont d’autant plus importantes qu’elles sont orientées vers ce type d’affaires (part du chiffre d’affaires). De plus, l’utilité positive des affaires compensatoires a tendance à s’exprimer davantage dans les PME que dans les grandes entreprises. Dans le détail, près d’une entreprise interrogée sur trois estime que les affaires compensatoires sont «importantes» ou «plutôt importantes» en ce qui concerne l’accès aux technologies-clés liées à la sécurité, l’acquisition de savoir-faire dans ces technologies, le renforcement de la capacité d’exportation et donc, globalement, de leur compétitivité. Les entreprises interrogées ont par exemple indiqué que les affaires compensatoires leur avaient permis de réaliser environ 7% d’exportations supplémentaires (PME 8,5%; grandes entreprises 2,5%). 95 entreprises sur un total de 194 bénéficiaires d’affaires compensatoires ont participé au sondage.

L’industrie suisse bien positionnée dans les technologies liées à la sécurité

L’analyse de la performance de recherche dans les domaines technologiques liés à la sécurité, le troisième module de l’étude, conclut que l’industrie suisse est bien positionnée dans la compétition technologique mondiale. L’analyse effectuée sur la base des données relatives aux brevets atteste que l’industrie suisse met l’accent sur la recherche de pointe, car la proportion de brevets de pointe est nettement supérieure à la moyenne dans tous les domaines technologiques. Près d’un brevet sur quatre (23%) développé par des chercheurs suisses fait partie des brevets dits de classe mondiale. La Suisse se place ainsi au premier rang en termes d’efficacité de la recherche. La part du nombre total de brevets actifs au niveau mondial est de 0,4% dans les domaines technologiques liés à la sécurité et de 1,0% pour les brevets de classe mondiale. Cela signifie que des chercheurs suisses ont été à l’œuvre dans le développement d’un brevet de classe mondiale actif sur cent.

L’évaluation des données pour le groupe d’entreprises ayant une participation dans des affaires compensatoires montre que la dynamique des brevets de ces entreprises se situe dans la moyenne de la BTIS. L’augmentation moyenne du portefeuille de brevets dans les technologies liées à la sécurité est de 23% cumulés entre 2017 et 2021 pour les entreprises ayant une participation dans des affaires compensatoires (BTIS: 24%). Il convient ici de tenir compte du fait que souvent, l’effet d’innovation se manifeste moins sous la forme de connaissances brevetées dans les PME.

La numérisation pour améliorer la qualité du controlling

L’étude de BAK Economics contient également des propositions sur les conditions dans lesquelles des évaluations plus complètes de l’instrument Affaires compensatoires seraient possibles à l’avenir et pourraient être transférées dans un monitoring périodique. L’optimisation du processus de collecte de données ainsi que la collecte de données supplémentaires auprès des entreprises bénéficiaires d’affaires compensatoires figurent en tête de liste à cet égard.

Au moyen du projet informatique «Numérisation du reporting des affaires compensatoires» lancé en 2021, armasuisse entend créer une plateforme en ligne pour la déclaration, le contrôle et la saisie des affaires compensatoires à des fins statistiques. Des processus automatisés permettent d’accroître la qualité du controlling des affaires compensatoires et de réduire la charge de travail induite par ce controlling. En outre, le contrôle stratégique a été intégré dans la version actuelle de la politique en matière d’affaires compensatoires en tant que base d’un monitoring périodique.

Plus d'informations

Adresse pour l'envoi de questions

Jacqueline Stampfli
Suppl. chef de la communication d’armasuisse
+41 58 464 60 42

Editeur


Retour Page d'accueil