print preview

Une mise hors service partielle sous le signe de la durabilité : recyclage de 93% des matériaux

Berne, 18.11.2021 – En tenant compte de plusieurs critères de durabilité, 162 obusiers blindés et 58 véhicules de transport à chenilles ont été mis hors service et éliminés. Environ 143 positions différentes de pièces de rechange seront réutilisées pour les véhicules encore en circulation. Quelque 4200 tonnes de différents matériaux ont été recyclés, dont 93% sont directement réutilisés et affectés à de nouveaux usages. La mise hors service partielle a débuté par le démontage du premier véhicule en janvier 2020 et s’est terminée le 18 novembre 2021 par celui du dernier obusier blindé et du dernier véhicule de transport à chenilles.

Lors de l’élaboration du concept d’élimination, une attention particulière a été apportée dès le départ aux critères de durabilité. Une grande importance a été accordée à la récupération de pièces détachées, à un processus d’élimination durable et au recyclage du matériel éliminé. L’objectif était de procéder à la mise hors service partielle de la façon la plus écologique et économe en ressources possible. Nous avons spécialement veillé à ce que le transport s’effectue principalement par voie ferroviaire et que seules de courtes distances par la route soient nécessaires. L’adjudicataire du contrat de mise hors service partielle a été sélectionné dans le cadre d’un appel d’offre (procédure sur invitation). Avec la société Thévenaz-Leduc SA, dont le siège se situe à Ecublens (VD), un prestataire d’élimination des déchets et spécialiste du recyclage suisse a pu être engagé comme entrepreneur général remplissant ces critères de la façon la plus économique.

Désarmement et récupération de pièces détachées

Avant sa livraison au spécialiste de l’élimination, chaque véhicule a été contrôlé et validé par le laboratoire de Spiez quant à la présence d’une éventuelle radioactivité. La vérification et le prélèvement de pièces détachées et de groupes d’assemblage réutilisables ont été effectués par la base logistique de l’armée (BLA). Environ 143 différentes positions de matériel, comme des moteurs, des chauffages, des systèmes de navigation, etc. ont été extraits des deux types de véhicules et peuvent être réutilisées pour les obusiers blindés et les véhicules de transport à chenilles encore en circulation.

Démilitarisation et récupération de matériel

Les obusiers blindés et les véhicules de transport à chenilles ont été ensuite démilitarisés par l’entrepreneur général selon les directives strictes d’armasuisse. Ainsi, les véhicules militaires ont été modifiés ou démolis de telle sorte que la restauration de leurs propriétés militaires ne soit plus possible. Ensuite, les véhicules ont été démontés et les matériaux récupérés, comme l’aluminium, l’acier, le cuivre, le bronze et le fer léger ont été triés et revendus sur le marché des matières premières secondaires. Au total, environ 4200 tonnes de matériaux ont été traités, dont 93% seront directement réutilisés et affectés à de nouveaux usages. 

Bilan financier positif pour le DDPS

La vente des matières premières récupérées a permis d’un côté de couvrir l’intégralité des dépenses financières de l’entrepreneur général pour les travaux d’élimination. D’un autre côté, des revenus financiers ont été générés, qui reviennent au DDPS et pourront être utilisés pour d’autres mises hors service.

Au sujet du projet de mise hors service partielle des M109 et M548

Avec le message sur l’armée 2018, les Chambres fédérales ont approuvé la mise hors service partielle des obusiers blindés M109 et des véhicules de transport à chenilles M548. C’était la première fois qu’une mise hors service était soumise à l’approbation du Parlement.

Plus d'informations

Adresse pour l'envoi de questions

Jacqueline Stampfli-Bieri
Remp. du chef de la communication d’armasuisse
+41 58 464 60 42

Editeur