print preview Retour Page d'accueil

Aperçu des technologies actuelles de lutte anti-drones

Quelle menace les petits drones représentent-ils à l’heure actuelle ? Quelles seront les menaces de demain ? Comment se défendre efficacement contre les attaques de drones ? Et quel est l’état actuel de la technologie de lutte contre les drones ? Autant de questions qui ont été abordées le 9 septembre 2021 à Bure. L’événement « Lutte contre les micro-drones et les mini-drones » a été organisé par armasuisse Sciences et technologies en collaboration avec le Centre d’instruction au combat Ouest de l’Armée suisse.

17.09.2021 | armasuisse Sciences et technologies

Un intercepteur noir attrape un autre drone, plus petit, avec un filet.
Un drone d’interception équipé d’un lance-filet en action

Ils volent, sont faciles à piloter, relativement abordables et s’immiscent dans toujours plus d’aspects de notre quotidien : il s’agit bien sûr des mini-drones. Leur importance va également croissant dans le domaine militaire, tant sur le plan de leur utilisation que des moyens de s’en défendre. Ces mini-drones peuvent malheureusement être détournés à des fins criminelles ou terroristes, voire utilisés dans des conflits. Les exemples de drones perturbant le fonctionnement des aéroports ou introduisant des substances illégales dans des prisons ou au-delà des frontières ne manquent pas. Consacré à la lutte contre les micro-drones et les mini-drones, l’événement du 9 septembre 2021 sur la place d’armes de Bure visait à présenter l’état actuel des technologies spécifiques à ce domaine.

Une introduction à la lutte contre les drones

Les quelques 300 représentants de l’industrie, du monde académique et de l’administration, mais aussi de plusieurs organisations d’intervention d’urgence, ont bénéficié d’un tour d’horizon des dernières technologies en la matière.

La journée a été inaugurée par le Dr Thomas Rothacher, directeur d’armasuisse Sciences et technologies (S+T) et suppléant du directeur général de l’armement, qui a abordé les différents écosystèmes société-industrie-Confédération coexistant actuellement, ainsi que leurs interactions. Notre société a besoin de sécurité et de stabilité, deux fondements préservés par l’Armée suisse en collaboration avec d’autres institutions. armasuisse S+T fait office de trait d’union entre les différents acteurs au travers de son activité de recherche, d’expérimentation et de test de technologies et de produits pour le compte de l’armée. L’expertise ainsi obtenue est mise à profit dans le cadre de l’acquisition de systèmes dont l’armée se sert pour préserver la sécurité de la Suisse. Les drones comptent parmi les nouvelles technologies incontournables qu’il convient d’examiner plus en détail.

Le commandant de corps Hans-Peter Walser, chef du commandement de l’Instruction et remplaçant du chef de l’armée, a approfondi le thème des drones. Il a souligné leur importance croissante, p. ex. au titre de plateformes de capteurs ou de transmission, ainsi que leurs applications toujours plus diverses. Dans ce contexte, l’armée doit notamment encourager le développement constant des capacités de lutte contre les drones et tirer parti du potentiel de la Suisse.

Dernier intervenant, le brigadier Daniel Krauer, chef du Renseignement militaire et du Service pour la protection préventive de l’armée, a complété ces propos en mentionnant la guerre dans le Haut-Karabakh : une illustration frappante de la menace des drones pour les États, qui ne peut pas être ignorée. Le traitement actif du thème de la lutte anti-drones prend donc toute son importance pour la sécurité de la Suisse.

Échanges entre spécialistes et personnes intéressées

Cette entrée en matière a été suivie par une exposition visant à promouvoir les échanges et le partage de connaissances entre invités et spécialistes du domaine. Plusieurs sociétés suisses ont ainsi eu l’occasion de présenter leurs produits et systèmes de défense. Les technologies exposées recouvraient toutes les composantes de la lutte anti-drones, allant des capteurs servant à détecter et identifier les drones aux effecteurs conçus pour la défense contre les projectiles. Les participants ont pu découvrir plusieurs types de radars, des systèmes de détection acoustique ou optique, un canon de 35 mm, des drones d’interception avec lance-filet intégré, ou encore des systèmes électromagnétiques. Des résultats de recherche d’armasuisse S+T ont également été présentés. En parallèle de l’exposition, les spectateurs ont pu assister à une démonstration grandeur nature de capteurs et d’effecteurs. Le ciel du village d’exercice de Nalé a été sillonné sans relâche par une multitude de petits drones servant de cibles aux systèmes de capteurs installés par les représentants de l’industrie et du monde académique. Ce dispositif a permis aux participants d’observer et de comparer les différents systèmes de détection en action. Un drone d’interception doté d’un lance-filet et d’un brouilleur fut l’un des clous de la journée. La démonstration s’est terminée par une sensibilisation du public aux niveaux de menace émanant des diverses possibilités d’engagement des petits drones, à l’instar de modèles ultrarapides à voilure fixe ou encore de drones de compétition particulièrement agiles. Le drone piloté via le réseau mobile, une liaison de données impossible à brouiller avec les systèmes courants, a fait sensation.

Un marché en pleine expansion pour davantage de sécurité

L’événement a mis en évidence le fait que les petits drones ne peuvent en aucun cas être considérés comme des engins employés à des fins purement pacifiques. Ils représentent un risque de sécurité croissant face auquel les systèmes de défense aérienne conventionnels ne sont plus forcément efficaces. Toutes les parties impliquées étant conscientes de ce risque, le marché de la lutte anti-drones croît chaque année et incorpore de nouvelles tendances comme l’intelligence artificielle ou la navigation autonome. Les produits prêts à être commercialisés intègrent ces technologies. L’Armée suisse doit elle aussi poursuivre le développement de ses compétences en la matière. Les capacités d’évaluation et d’intégration de ces technologies sont sans cesse développées et renforcées en collaboration avec armasuisse S+T et l’industrie, afin qu’à l’avenir également, l’armée puisse répondre aux besoins en sécurité et en protection de notre société.

Les manifestations de ce type encouragent les échanges directs et consolident la collaboration interdisciplinaire ouverte entre le monde de la recherche, l’industrie et les forces d’intervention.