print preview

Place d’armes de Frauenfeld: une construction durable à grande et petite échelles

La nouvelle caserne de l’armée voit le jour à la périphérie de Frauenfeld (TG). Une planification et une construction sous le sceau de la durabilité y jouissent d’une priorité absolue. L’interview menée avec le chef de projet Richard Brander nous en dit plus sur les constructions récentes, la Minergie et Cie.

Florian Waldner, domaine spécialisé Communication, domaine de compétences Immobilier

Richard Brander, chef de projet du maître de l’ouvrage, armasuisse Immobilier
Richard Brander, chef de projet du maître de l’ouvrage, armasuisse Immobilier

La place d’armes Auenfeld à Frauenfeld doit devenir exemplaire du point de vue de la durabilité au cours des prochaines années. Comment cela va-t-il se passer?

À grande comme à petite échelles, on s’attelle aux questions de durabilité. Prenons par exemple l’énergie: à grande échelle, il s’agit d’utiliser de la chaleur et de l’électricité produites de manière écologique et de concevoir des bâtiments qui présentent la plus forte efficacité énergétique possible. Toutefois, la durabilité se retrouve aussi dans de nombreux petits détails, tels que les façades des bâtiments à base de béton de construction recyclé, le concept d’éclairage automatisé ou l’utilisation de matériaux écologiques conformément aux prescriptions du label Minergie-ECO. Toutes ces mesures concourent à une utilisation plus ciblée des ressources existantes dans le but d’économiser de l’énergie et des matières premières sur tout le cycle de vie d’un ouvrage.

On mesure souvent la durabilité au degré d’efficacité énergétique d’un immeuble et à la provenance de l’énergie requise. Qu’en est-il à cet égard sur le site de la caserne Auenfeld?

À Auenfeld, 15 nouvelles constructions vont être créées sur une durée de réalisation d’environ 13 ans, jusqu’en 2031. Six bâtiments existants feront également l’objet d’un assainissement énergétique. Si nous parvenons à réduire à un minimum la consommation d’énergie, nous économisons au final beaucoup de CO2 et de ressources financières sur toute la durée de vie des immeubles et nous agissons ainsi de façon durable.

Toutes les nouvelles constructions répondent aux prescriptions du label Minergie. Les trois nouveaux bâtiments de cantonnement, le centre de subsistance et le centre médical régional satisfont aux règles encore plus strictes du label Minergie-ECO. C’est-à-dire que ces bâtiments, en plus de leur bonne efficacité énergétique, remplissent des exigences élevées en matière d’écologie de la construction. Ils proposent par ailleurs beaucoup de lumière naturelle, ils bénéficient d’une très bonne isolation phonique et offrent un climat ambiant agréable.

Quand on construit autant de nouveaux bâtiments, on obtient aussi potentiellement un grand nombre de nouvelles surfaces pouvant être utilisées pour la production d’électricité, n’est-ce pas?

L’ensemble des nouvelles constructions et des bâtiments en place sur le site seront munis d’installations photovoltaïques. Au total, à l’achèvement de toutes les étapes, quelque 16 000 mètres carrés seront munis de modules photovoltaïques. Cela pour une puissance d’environ 3000 kilowatt-crête, ce qui correspond à une quantité d’énergie produite de près de 2,8 millions de kilowattheures par an. En convertissant, cela permet de fournir en électricité pas moins de 700 foyers pendant un an.

Vous avez évoqué précédemment la durabilité à «petite» échelle. Qu’entendez-vous par là?

Oui, tout à fait. Bien souvent, on ne remarque les solutions durables intelligentes que lorsque l’on y regarde vraiment de plus près. Et cela s’illustre très bien dans l’exemple des bâtiments récemment terminés, le centre de subsistance et le nouveau centre médical. Ces deux bâtiments ont été réalisés en construction massive à base de béton recyclé. La façade en verre du centre de subsistance est par ailleurs antireflet et sérigraphiée, ce qui évite notamment que les oiseaux ne foncent dans les baies vitrées par mégarde. La façade vitrée utilisée prévient les collisions d’oiseaux et aide aussi à protéger du soleil.

Par ailleurs, nous veillons à assurer le moins de trajets possibles. Ainsi, tous les déblais ont été stockés sur la place d’armes pour réutilisation. Des optimisations qui semblent petites à première vue aident à limiter les émissions au maximum.