print preview

Durabilité des immeubles du DDPS: plein feu sur l’efficacité énergétique

Marco Mäder travaille chez armasuisse en qualité de conseiller spécialisé Energie d’exploitation. Nous lui avons demandé quelle était la situation du DDPS en matière d’efficacité énergétique.

Florian Waldner, Communication, armasuisse Immobilier

Marco Mäder, local technique de bâtiment VZG1, efficacité énergétique
Marco Mäder, conseiller spécialisé Énergie d‘exploitation chez armasuisse Immobilier

Monsieur Mäder, en remplaçant ses ampoules conventionnelles par de nouvelles ampoules à LED et en changeant son ancien réfrigérateur par un modèle actuel A+, on accroît facilement son efficacité énergétique dans son propre foyer. Comment procède le DDPS pour que ses immeubles soient plus efficaces d’un point de vue énergétique?

Avec un portefeuille regroupant plus de 7000 bâtiments et ouvrages, c’est un peu plus difficile. Le DDPS déploie de gros efforts en matière d’enveloppes et de technique de bâtiment. Pour les nouvelles constructions et les assainissements, nous examinons si ces travaux doivent être exécutés selon une norme sévère, telle que Minergie-A ou, en sus, avec le label Eco. Les systèmes de chaleur, de ventilation et de froid sont conçus avec la plus forte efficacité énergétique possible et ils sont adaptés à l’exploitation.

Un bien immobilier consomme la plupart de l’énergie durant la phase d’utilisation. Comment les utilisatrices et les utilisateurs peuvent-ils contribuer à une consommation d’énergie parcimonieuse?

Oui, plus des deux tiers des coûts totaux d’un immeuble surviennent durant l’utilisation au fil des ans. Pour un bâtiment, la part des coûts – considérée sur la durée de vie – est notable pour l’énergie d’exploitation, soit l’électricité et le chauffage. Il est donc d’autant plus important que les utilisatrices et les utilisateurs occupent bien les locaux et qu’ils les utilisent efficacement.

L’un des principaux facteurs d’influence pour minimiser la consommation d’énergie pendant la phase d’exploitation se trouve toutefois dès la phase initiale, c’est-à-dire lors de la formulation des besoins d’un immeuble.

Comment peut-on influencer l’efficacité énergétique durant la formulation des besoins?

Plus les utilisatrices et les utilisateurs décrivent leurs besoins immobiliers de façon détaillée, mieux nous pouvons y réagir afin d’identifier la solution immobilière présentant la plus grande efficacité énergétique. Prenons par exemple les exigences climatiques d’un entrepôt de matériel d’instruction. Un tel local a peu besoin de chauffage, voire pas du tout. D’autres locaux supplémentaires en revanche – tels que des buanderies ou locaux à produits de ménage ayant des exigences d’entreposage analogues – sont intégrés dans la même zone mais isolés et chauffés de façon sélective. Cela diminue les besoins énergétiques à long terme car il faut moins d’installations de technique du bâtiment.

Les bâtiments à efficacité énergétique sont-ils plus chers que les constructions traditionnelles?

Construire un bâtiment intelligent et durable revient toujours à un peu plus cher. Mais ce qui compte au final, ce sont les coûts qui apparaissent sur l’ensemble du cycle de vie d’un bien immobilier. Les coûts de chauffage et de refroidissement d’un bâtiment durable sont nettement inférieurs à ceux d’un bâtiment conventionnel, qui est moins bien isolé. Toutefois, nos immeubles ne sont pas systématiquement rénovés sur la base du label Minergie. Un assainissement énergétique complet n’a de sens que si l’immeuble est utilisé sur le long terme.

Le terme de durabilité est sur toutes les lèvres. Les bâtiments à efficacité énergétique sont-ils automatiquement durables et parcimonieux en ressources?

Non, pas forcément. Plus on isole, plus il faut consacrer «d’énergie grise» pour la fabrication des matériaux. Leur choix et leur quantité joue donc un rôle prépondérant dans la préservation des ressources. D’un côté, un bâtiment doit présenter la plus grande efficacité énergétique possible. De l’autre, nous devons veiller à réduire au maximum l’énergie consommée par la construction – c’est-à-dire l’«énergie grise». C’est la raison pour laquelle nous utilisons davantage de matériaux respectueux des ressources.

Les bâtiments du DDPS produisent de plus en plus leur propre énergie renouvelable, notamment au moyen d’installations photovoltaïques. Dans le même temps, la plupart des bâtiments assainis et des constructions nouvelles remplissent les exigences du label Minergie, ils consomment donc relativement peu d’énergie. De quels autres succès peut se prévaloir le portefeuille immobilier?

Dans le domaine immobilier, le DDPS a d’ores et déjà pu réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2001. Pour promouvoir les mesures d’accroissement de l’efficacité et de réduction du CO2, la «Planification énergétique des sites» a été lancée en 2010. Dans le cadre de ce projet, armasuisse Immobilier examine et optimise aujourd’hui, en collaboration avec des partenaires externes, plus de 50 sites qui représentent 60% de la consommation totale d’énergie du portefeuille. Des investissements de plus de CHF 320 mio. dans des mesures de construction et de technique ont permis d’accroître l’efficacité de plus de 10% sur ces sites et de baisser les émissions de CO2 de plus de 30%. Ce projet sera encore considérablement développé dans les prochaines années. C’est un élément central pour parvenir aux objectifs climatiques ambitieux du DDPS.

Neutralité climatique: stratégie et objectifs du DDPS

Avec le «plan d’action énergie et climat» en cours d’élaboration, le DDPS fixe les objectifs de politique énergétique pour la période courant jusqu’en 2030. De plus, le DDPS prend part à l’initiative «Exemplarité Énergie et climat» (EEC) de la Confédération, dans le cadre de laquelle différentes entreprises liées à la Confédération et d’importants prestataires de services publics dans le domaine énergétique s’engagent, sur la base de 15 mesures communes, à agir de façon novatrice et exemplaire.

Objectifs pour les immeubles militaires jusqu’en 2030 (année de comparaison 2019):

  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre 50%
  • Augmentation de l’efficacité énergétique de 10%

Mesures pour l’atteinte des objectifs:

Énergie grise

On appelle énergie grise la quantité d’énergie nécessaire sur toute la durée de vie d’un produit. Pour des matériaux de construction, les besoins énergétiques suscités par l’obtention de la matière première, la fabrication, le traitement, le transport jusqu’au chantier, la pose et l’élimination sont pris en compte. L’énergie grise désigne ainsi la consommation d’énergie indirecte pour un produit, non visible à première vue. L’énergie grise peut donc être minimisée par un mode de construction ménageant les ressources, par exemple des matériaux de construction locaux.


armasuisse Immobilier Guisanplatz 1
CH-3003 Berne
Tél.
+41 58 463 20 20

E-Mail


Heures d'ouverture demandes par téléphone

Lundi - Jeudi
08:00-12:00/ 13:15-17:00

Vendredi
08:00-12:00/ 13:15-16:00