print preview

De la toile brut au tissu imprimé camouflage

Dans le cadre du projet SMHE, le motif camouflage est imprimé sur des sortes de tissus très différentes. Certains sont des mélanges de fibres de coton et de fibres de polyester et d’autres ne sont composés que de fibres de polyamide. La transformation de la toile brute sortant de l’usine de tissage en tissu imprimé prêt à l’emploi, également appelée ennoblissement du textile, comporte toute une série d’étapes de travail, qui sont rapidement esquissées ci-après.

Oskar Hollenstein, Responsable de projet SMHE, Domaine de compétences Achats + coopérations

Tissu imprimé avec les quatre couleurs et le logo « ARMÉE SUISSE ».

Le projet Système modulaire d’habillement et d’équipement (SMHE) englobe une centaine de composants et se répartit entre les sous-systèmes tenue de combat, système de portage, système d’hydratation et protection corporelle balistique. Tous les tissus avec imprimé camouflage sont achetés par armasuisse, font l’objet d’un stockage intermédiaire dans un entrepôt temporaire à Seftigen, puis sont mis à la disposition des professionnels en charge de la confection des pièces d’habillement et d’équipement.

Le motif camouflage est imprimé sur des sortes de tissus très différentes. Certains sont des mélanges de fibres de coton et de fibres de polyester et d’autres ne sont composés que de fibres de polyamide. La transformation de la toile brute sortant de l’usine de tissage en tissu imprimé prêt à l’emploi, également appelée ennoblissement du textile, comporte toute une série d’étapes de travail, qui sont rapidement esquissées ci-après.

Première étape : prétraitement

Le coton brut est un produit chargé d’impuretés. Même après le filage et le tissage, ce matériau contient encore des huiles, qu’il faut d’abord extraire pour ne pas gêner la rétention des colorants et pour que le tissu absorbe les couleurs de manière homogène. Selon le type de tissus, plusieurs procédés de lavage sont nécessaires. Ensuite, le textile prétraité est séché.

La goutte d’eau reste à la surface du tissu brut (à droite), alors qu’elle est immédiatement absorbée sur le textile prétraité (à gauche).
La goutte d’eau reste à la surface du tissu brut (à droite), alors qu’elle est immédiatement absorbée sur le textile prétraité (à gauche).

Deuxième étape : impression

Chaque couleur est imprimée séparément. Pour chaque type de fibre, il faut utiliser des classes de colorants spécifiques. Ainsi, l’impression du coton se fait avec des colorants de cuve, celle du polyester avec des colorants de dispersion, et celle du polyamide avec des colorants complexes métalliques. Pour la fabrication de chaque teinte, il existe des formules comprenant un mélange d’au moins deux teintes. Le teinturier mélange les colorants lui-même et peut adapter les mélanges en fonction du résultat obtenu. L’imprimé camouflage se compose de quatre couleurs différentes : le beige clair, le beige foncé, le brun et le vert. Après l’impression intervient la fixation des molécules du colorant dans la fibre, par exemple à l'aide de vapeur d’eau très chaude. Les résidus de colorant se trouvant à la surface de la fibre sont ensuite lavés, après quoi le tissu est à nouveau séché.

Le savoir-faire du teinturier réside dans la formulation des colorants, le processus d’impression ainsi que la fixation et le lavage du textile, de sorte que l’imprimé camouflage ait toujours le même aspect quant au motif et à la teinte, quel que soit le type de textile et indépendamment du lot.

Tissu imprimé avec les quatre couleurs et le logo « ARMÉE SUISSE ».
Tissu imprimé avec les quatre couleurs et le logo « ARMÉE SUISSE ».

Troisième étape : apprêt

En fonction de l’usage prévu, les tissus imprimés subissent différents traitements chimiques et mécaniques. Il peut par exemple s’agir d’obtenir une propriété déperlante, une résistance au froissement ou encore une meilleure aptitude à la couture. Pour les textiles imperméables devant servir à la confection des vêtements de pluie, une fine pellicule appelée membrane est collée. Elle est tellement mince qu’elle est étanche à l’eau, mais pas à la vapeur d’eau.

Tissu étanche : à gauche la pellicule seule, à droite la pellicule laminée au dos du tissu imprimé.
Tissu étanche : à gauche la pellicule seule, à droite la pellicule laminée au dos du tissu imprimé.

Les procédés de fabrication textile consomment de grandes quantités d’eau, d’énergie et de produits chimiques. C’est pourquoi il est important à nos yeux que les fournisseurs respectent un processus exhaustif de gestion des produits chimiques et qu’ils travaillent selon des procédés efficaces avec un parc de machines moderne.

Le projet SMHE sous différentes perspectives

Illustration du projet SMHE

Trois représentants de fournisseurs suisses ainsi que le chef de projet, Oskar Hollenstein du domaine de compétences Achats et coopérations, partagent avec nous leurs impressions concernant l’imprimé camouflage.

Vers la vidéo

Du tissu avec imprimé camouflage au sac

Service de couture avec plusieurs lignes de couture

La transformation du tissu avec imprimé camouflage en sacs, également appelée confection, est fortement basée sur la division en différentes tâches et comprend une multitude d’étapes de travail.

Vers l'article

Collaborer dans l’équipe technique du projet SMHE

Des collaborateurs d’armasuisse en train de contrôler la qualité des échantillons.

Nora Kauke, ancienne stagiaire du domaine de compétences Achats et coopérations, a pu avoir, dans le cadre de son travail quotidien, un aperçu passionnant du projet « Système modulaire d’habillement et d’équipement » (SMHE).

Vers le témoignage