print preview

«La responsabilité complète le large éventail de mes fonctions»

Silvan Hunhevicz nous fait part de ses expériences lors de son stage de haute école et de ses attentes pour l'avenir.

Domaine spécialisé Communication, Alisha Held

Photo de Silvan Hunhevicz, stagiaire d'haute école Relations extérieures.
Silvan Hunhevicz a obtenu une maîtrise en histoire et en philosophie à l'université de Zurich. Il effectue actuellement un stage d'haute école au sein du domaine spécialisé des relations extérieures.

Quel est à ce stade le bilan que tu dresses de ton expérience chez armasuisse ?
Très positif. J’ai eu la chance d’intégrer une équipe géniale, qui a pris le temps de me donner beaucoup d’explications, ce qui m’a permis d’apprendre énormément de choses. Je tiens à souligner la grande diversité de mes tâches : de la coorganisation de manifestations à l’analyse de politiques d’armement, il y avait de tout. Quelques responsabilités m’ont déjà été confiées, et j’apprécie beaucoup la confiance qui m’est ainsi accordée.

Les connaissances théoriques que tu as acquises lors de tes études t’ont-elles été utiles dans ton travail ?
L’histoire et la philosophie ne sont pas des matières étudiées dans le but de mettre en pratique les connaissances acquises telles quelles par la suite. Elles permettent plutôt l'apprentissage et l'acquisition de connaissances concernant des méthodes de travail, des styles de rédaction, des approches, des schémas de pensée et une remise en question critique. Avec les connaissances générales sur les sujets politiques et sociétaux que confèrent en outre des études en sciences humaines, je me sens parfaitement prêt pour assumer les tâches qui me sont confiées.

Quel a été le principal défi que tu as eu à relever jusqu’à présent ?
La crise du coronavirus et le confinement qui en a résulté ont survenu deux mois et demi à peine après le début de mon stage chez armasuisse. Je n’ai donc pas eu vraiment beaucoup de temps pour apprendre ce dont j'avais besoin pour effectuer mes tâches en télétravail. Or, de chez moi, il n’était plus aussi simple de communiquer avec mon équipe. Cela a été un défi de rester en contact régulièrement malgré le télétravail et de continuer à profiter du savoir de mes collègues. Toutefois, grâce au grand engagement et à l’énorme flexibilité de toutes les personnes impliquées, nous avons selon moi bien su faire face à cette situation.

Qu’aimerais-tu encore faire, si possible, pendant la deuxième partie de ton stage ?
Ma réponse peut paraître un peu banale, mais je voudrais en fait simplement que mon stage se déroule aussi normalement que possible compte tenu de la situation actuelle. En raison de la crise du coronavirus, j’ai effectué environ un quart de mon stage (d’une durée totale d’un an, de janvier à décembre) en télétravail. Pour la deuxième partie, j’espère que nous éviterons un nouveau confinement et que mon stage pourra se terminer dans des conditions normales.

Sais-tu déjà ce que tu feras après le stage ?
Je suis en train d’examiner toutes les pistes, mais il n'y a encore rien de concret. Mon stage m’a permis de me rendre compte que le travail au sein de l’administration fédérale me plaisait beaucoup. Et je trouve passionnant de faire partie du mécanisme qui fait fonctionner la Confédération helvétique.