print preview

Une femme qui chasse, qui tire et qui sauve des vies

Annette Schnydrig dit d’elle-même qu’elle évolue en général plutôt dans des domaines inhabituels pour les femmes. C’est peut-être pour cette raison que cette architecte diplômée s’est décidée à travailler dans le domaine de l’armement. Au cours de l’entretien, elle révèle les capacités particulières à avoir pour cette position.

Domaine spécialisé Gestion du personnel, Irene Amacker

Bref portrait

Portrait de Annette Schnydrig.

Annette Schnydrig est gestionnaire de portefeuille de projets dans le domaine spécialisé Projets immobiliers stratégiques.

Les femmes chez armasuisse

Nom

Prénom

Dernier niveau universitaire atteint

Chez armasuisse depuis

Fonction actuelle depuis

Schnydrig

Annette

Master EPF

Avril 2015

Avril 2015

Annette Schnydrig dans l'interview.
Annette Schnydrig dans l'interview.

Madame Schnydrig, qu’est-ce qui vous a motivée à devenir architecte ?

Le mélange de créativité et de science. En tant qu’architecte, il faut en fait arriver à trouver le bon équilibre entre ses capacités esthétiques et scientifiques en fonction des conditions statiques et de celles relevant de la physique des bâtiments.

De plus, les études d’architectes ouvrent de larges possibilités de formations continues. J’ai par exemple aussi un MAS en « Management, Economy and Technology » et je me suis donc plutôt orientée vers l’économie d’entreprise.

Dans votre enfance et votre adolescence, avez-vous été particulièrement poussée vers les mathématiques, l’informatique, les sciences naturelles et la technique (les branches MINT) ?

Je dirais plutôt imprégnée que poussée. Mon père était ingénieur et il nous a beaucoup transmis, notamment en nous encourageant à trouver nos propres solutions. Mes deux frères aînés ont fait le reste.

J’évolue en général plutôt dans des domaines inhabituels pour les femmes comme la chasse, le secourisme et le tir.

Quelles sont les capacités particulières nécessaires pour une femme dans un domaine masculin tel que l’acquisition d’armement ?

Je pense que c’est une question de personnalité de se sentir à sa place ou non dans un tel domaine. Il faut être consciente que ses interlocuteurs sont des militaires et qu’ils fonctionnent et communiquent en conséquence. En tant que femme, soit on arrive à l’accepter et à vivre avec, soit on n’est, à mon avis, pas à sa place, et ce sera alors toujours difficile.

Mais une saine assurance et une capacité à s’imposer associées à une tendance à l’autodérision sont certainement nécessaires.

Annette Schnydrig au travail.
Annette Schnydrig au travail.

Combien de femmes travaillent dans votre domaine spécifique et qu’est-ce que vous appréciez dans les équipes mixtes ?

Chez nous, trois autres femmes travaillent dans une équipe d’environ 15 personnes. Les équipes mixtes profitent d’un spectre plus large dans de nombreux domaines et les échanges y sont plus animés. Je considère cela comme un avantage. D’après mon expérience, le thème de la famille est davantage évoqué et accepté dans des équipes mixtes.

Que souhaitez-vous conseiller aux femmes pour leur carrière ?

Ne pas trop se comparer, mais simplement faire du bon travail et être à la hauteur des exigences. La rétribution correspondante ne dépend pas seulement de sa propre prestation, mais aussi de l’environnement.

L’évolution professionnelle est en effet influencée par de très nombreux facteurs. Notamment la responsabilité de s’occuper des enfants, qui incombe très souvent en premier lieu aux femmes, et les éléments qui y sont liés, comme la charge mentale et les postes à temps partiel, représentent un défi supplémentaire, qui peut se répercuter sur la carrière. L’important à mes yeux est de trouver son équilibre personnel.