print preview

Interview avec les chefs d’équipe Michael Hess et Andreas Arni.

Michael Hess et Andreas Arni s’expriment sur le profil de leur poste et la collaboration au sein de leurs équipes.

Evelyne Gänsli, domaines spécialisés Services commerciaux et Systèmes de communication, Systèmes de conduite et d’exploration.

Michael Hess, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de conduite et Andreas Arni, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de communication au centre administratif, Guisanplatz 1, à Berne.
(de g. à d.) Michael Hess, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de conduite et Andreas Arni, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de communication.

Comment es-tu arrivé chez armasuisse ?

Michael Hess : ce n’était pas prévu, c’est plutôt le fruit d’un heureux hasard. Si j’ai postulé, c’est notamment en raison de la description intéressante des tâches (teneur du poste, responsabilité de projets commerciaux, variété dans un environnement technologique en constante évolution), de l’utilité du travail au sein de l’administration fédérale au profit du bien commun et d’une certaine affinité personnelle avec la technique militaire et le milieu militaire. Être basé à Berne et toucher une rémunération juste ont aussi contribué à me faire signer.

Que fais-tu en tant que chef d’équipe ? Quelles sont tes fonctions ?

Michael Hess : mon poste de cadre, qui représente environ 30 % de mon taux d’occupation, implique la conduite directe du personnel : processus de convention des objectifs, entretiens avec le personnel ainsi que soutien, assistance et promotion des collaborateurs. Je réponds de mon équipe, la représente au sein de la hiérarchie et me vois comme un trait d’union qui facilite le travail du chef du domaine Services commerciaux. Les 70 % restants de mon poste sont dédiés à des activités opérationnelles pour des projets d’acquisition commerciaux dans le domaine spécialisé Systèmes de conduite.

Andreas Arni : en tant que chef de l’équipe Services commerciaux FAK, j’assure principalement le lien entre le stratégique et l’opérationnel. Mon domaine d’activité combine responsabilité commerciale dans les projets d’acquisition et fonctions de management diverses (coaching, développement des collaborateurs, conventions d’objectifs, planification des ressources, etc.). Cela signifie que je travaille sur les affaires courantes comme mon équipe, mais que 30 % de mon taux d’occupation sont consacrés à différentes fonctions d’encadrement.

À quoi ressemble ton quotidien de chef d’équipe ?

Michael Hess : il est de moins en moins prévisible... (rit). Chaque journée est différente. Mon quotidien est rythmé par les séances, prévues à l’avance, et souvent par des demandes et des ordres entrants urgents. Ces requêtes viennent aussi bien des projets que des collaborateurs. Je les priorise au fur et à mesure et j’alterne sans cesse entre mon rôle de supérieur hiérarchique et celui de collaborateur de projet.

Andreas Arni : il n’y a guère de journée de travail typique au sens propre. Je passe une grande partie de mon temps de travail en séance ou en entretien. Le défi à proprement parler consiste à prioriser les tâches correctement. Notamment lorsque des affaires aux délais critiques sont à traiter et que l’on me sollicite en parallèle dans mon rôle de chef d’équipe.

À quelle principale difficulté t’es-tu heurté lorsque tu es passé du rôle de collaborateur à celui de chef d’équipe ?

Michael Hess : ne plus répondre que des seuls résultats de mon travail mais aussi du bien-être de mes collaborateurs fut le principal défi. Du jour au lendemain, j’ai eu sous ma houlette des personnalités variées qui exigeaient de moi des façons de faire différentes, à la fois sur le plan émotionnel et empathique. Les différentes personnalités et relations interpersonnelles exigent beaucoup de sensibilité, de doigté et la faculté de gérer durablement les différends qui peuvent surgir.

Pour moi, passer de collaborateur à chef d’équipe a été une évolution positive. Ma longue expérience chez armasuisse m’a certainement aidé. L’équipe était et est derrière moi depuis le tout début et m’a soutenu. J’ai conservé l’ambiance collégiale tout en me sentant pris au sérieux et estimé par mes collaborateurs.

Andreas Arni : j’avais beaucoup réfléchi à cette question avant d’entrer dans mes nouvelles fonctions. Au début, je craignais que cette promotion crée un fossé au niveau relationnel. Heureusement, ce ne fut pas le cas. À mon avis, le fait que mes collègues, qui sont à présent mes collaborateurs, connaissaient déjà très bien mes points forts et mes points faibles, fut pour moi un grand avantage. Ceci m’a permis de rester authentique et fidèle à moi-même. Durant la phase de formation de l’équipe, j’ai également essayé de montrer qu’en tant que chef d’équipe, j’étais aussi un membre de l’équipe. J’ai utilisé le sport d’équipe comme exemple à suivre, car je trouve que le rôle du chef d’équipe est très comparable à celui du capitaine d’une équipe de sport.

Quel est ton objectif personnel en tant que chef d’équipe ?

Michael Hess : la satisfaction et le bien-être de mes collaborateurs est mon objectif numéro 1. Je tiens également à ce que les relations au sein de l’équipe soient respectueuses, mais collégiales. À mon avis, on ne peut effectuer un bon travail dans des projets d’acquisition et pour armasuisse qu’avec des collaborateurs motivés qui exercent dans un environnement de travail qui les soutient. S’agissant de mon évolution personnelle, j’aimerais approfondir mes expériences dans le management.

Andreas Arni : je veux stimuler chacun de mes collaborateurs, les pousser et les encourager à sortir de leur zone de confort. J’aimerais qu’ils puissent tous dire, avec du recul, que le temps qu’ils ont passé chez armasuisse était l’un des meilleurs de leur carrière.

Quel objectif cibles-tu avec ton équipe ?

Michael Hess : hormis la cohésion d’équipe susmentionnée, j’aimerais que mes collègues et moi soutenions au mieux les projets d’acquisition et les projets stratégiques internes sur le plan commercial.

Andreas Arni : la charge de travail n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années. Avec nos équipes des services commerciaux, nous tâchons donc en priorité de la répartir de façon supportable sur toutes les épaules.

Chacun et chacune doit avoir conscience de l’utilité de son action quotidienne, accomplir son travail avec plaisir et être fier/ère de pouvoir générer de la valeur ajoutée pour la société.

Qu’est-ce qui est particulièrement important pour toi dans ton équipe ? À quoi attaches-tu de la valeur ?

Michael Hess : l’estime mutuelle, le respect ainsi que des échanges ouverts et directs – voilà ce qui compte beaucoup à mes yeux. J’attends que tous soient prêts, dans la mesure autorisée, à engager leur responsabilité, fassent preuve de bon sens, soient en mesure de remettre en question les faits et les décisions et exercent une critique constructive. La qualité du travail du point de vue formel est aussi très importante pour moi qui suis perfectionniste.

Andreas Arni : j’accorde une grande importance à l’honnêteté. En tant que cadre, j’ai besoin que mon équipe communique de façon ouverte et directe afin que je puisse agir à temps. En outre, nous entretenons entre nous la culture du désaccord. Chacun(e) doit pouvoir oser contredire l’autre et défendre son opinion. Chaque voix est importante, doit être entendue et prise au sérieux. Ce n’est en effet qu’en commun et grâce à la diversité de ses membres qu’une équipe avance et réussit.

Si tu avais les coudées franches, qu’aimerais-tu optimiser ?

Michael Hess : les optimisations et les changements se multiplient actuellement au sein de notre domaine spécialisé. C’est très important, mais je pense aussi que l’on devrait prendre dans ce cadre davantage en considération le manque actuel de ressources.

Andreas Arni : la pandémie qui dure depuis plus d’un an a déjà apporté une nette amélioration. Et ce parce qu’il est actuellement indispensable de faire davantage confiance aux collaborateurs et d’arrêter de vouloir tout contrôler. Je souhaite que cette évolution positive perdure, même une fois la crise passée.

En outre, nous ne devons pas perdre de vue notre mission principale, les acquisitions, et devons continuer à nous améliorer en ce sens.

Comment concilies-tu famille et travail (work-life-balance) ?

Michael Hess : très bien. C’est l’une des raisons pour lesquelles je travaille déjà depuis si longtemps chez armasuisse. J’apprécie aussi énormément de pouvoir travailler à 80 % avec une fonction de cadre. C’est très enrichissant de passer du temps avec mes deux jeunes enfants et ça contrebalance la vie au bureau. Le travail à domicile me donne plus de flexibilité et permet de concilier plus facilement ma vie de famille et le travail.

Andreas Arni : dans notre domaine, nous sommes relativement flexibles et pouvons organiser notre temps de travail en grande partie nous-mêmes, ce que j’apprécie beaucoup. De plus, j’oublie rapidement ma journée de travail le soir quand je retrouve ma famille, et je refais le plein d’énergie en jouant au foot avec mes amis une fois par semaine.

Avec de la volonté, du courage et une bonne dose de persévérance, de nombreuses portes peuvent s’ouvrir.

                                                                                                          - Andreas Arni

Où te vois-tu d’ici 5 à 10 ans ?

Michael Hess : je ne peux pas me projeter si loin dans le futur. Mais je me vois encore travailler dans un environnement varié, passionnant, dynamique et complexe.

Andreas Arni : armasuisse a une hiérarchie très horizontale et je ne voudrais pas m’engager à faire de pronostic. Il est certain que je veux moi aussi évoluer, mais la progression hiérarchique n’est pas la seule option possible. Notre employeuse propose de nombreuses possibilités d’évolution et, avec de la volonté, du courage et une bonne dose de persévérance, de nombreuses portes peuvent s’ouvrir.

Bref portrait Michael Hess

Michael Hess, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de conduite ; Tom Hug, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes d’exploration et de surveillance ; Andreas Arni, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de communication et Claus Köhnen, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes informatiques et chef adjoint FAKo au centre administratif, Guisanplatz 1, à Berne.
(de g. à d.) Michael Hess, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de conduite ; Tom Hug, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes d’exploration et de surveillance ; Andreas Arni, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de communication ; Claus Köhnen, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes informatiques et chef adjoint FAKo.

Michael Hess est titulaire d’un Master in Business Administration universitaire. Il a rejoint armasuisse en octobre 2007 en tant que spécialiste gestionnaire de projets. Depuis janvier 2019, il est le chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de conduite.

Bref portrait Andreas Arni

Andreas Arni, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de communication ; Claus Köhnen, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes informatiques et chef adjoint FAKo ; Michael Hess, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de conduite et Tom Hug, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes d’exploration et de surveillance au centre administratif, Guisanplatz 1, à Berne.
(de g. à d.) Andreas Arni, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de communication ; Claus Köhnen, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes informatiques et chef adjoint FAKo ; Michael Hess, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de conduite ; Tom Hug, chef d’équipe Services commerciaux Systèmes d’exploration et de surveillance.

Andreas Arni est économiste d’entreprise diplômé ES et travaillait autrefois dans le secteur privé. Il a rejoint armasuisse en mai 2012 en tant que spécialiste gestionnaire de projets. Depuis janvier 2019, il est le chef d’équipe Services commerciaux Systèmes de communication.