print preview

L’éthique du numérique, un nouveau domaine d’activité

Quel est le rôle de l’éthique du numérique au sein d’armasuisse ? Dans quelle mesure en tient-on compte dans le contexte des activités commerciales ? Quelles sont les répercussions des développements récents dans le domaine de la numérisation sur l’éthique du numérique ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions posées aux collaboratrices et collaborateurs de différents domaines de compétences d’armasuisse dans le cadre d’une enquête qualitative. L’article suivant vous révèle leur opinion sur l’éthique du numérique et la position d’armasuisse dans ce domaine.

Lucas Ballerstedt, domaine spécialisé Communication, domaine de compétences Ressources et support

Homme d'affaires touchant un chatbot numérique sur une tablette pour accéder à des informations et des données sur un réseau en ligne, application robot et connexion globale, IA, intelligence artificielle.

La numérisation croissante soulève la question de l’éthique du numérique

La numérisation a généré de nouveaux domaines d’activité, dont l’éthique du numérique, qui traite de sujets tels que la protection des informations, la sphère privée, la durabilité ou l’intelligence artificielle. La numérisation en est l’élément fondamental. Sans la numérisation, l’éthique du numérique n’existerait pas. Cette évolution entraîne de nouveaux défis car, à l’instar de la numérisation, l’éthique du numérique comporte des risques et des opportunités. Pour développer l’éthique du numérique de manière ciblée, il faut d’abord créer une compréhension commune de la numérisation. C’est seulement ensuite que des mesures pourront être prises.

L’éthique du numérique chez armasuisse

Dans le milieu sensible au sein duquel armasuisse évolue, l’éthique – y compris du numérique – revêt une grande importance. L’Office fédéral de l’armement se trouve actuellement au cœur du processus de transformation numérique. La pandémie de COVID-19 a contribué à l’avancée (temporairement fulgurante) de la numérisation. En raison du plan de protection et du travail à domicile obligatoire, les processus ont dû être repensés et remaniés afin de pouvoir maintenir nos activités. Toutefois, nous devons encore jeter les bases d’un code d’éthique. Ce faisant, il s’agit de tenir compte de nombreuses directives qui soutiennent et renforcent l’éthique indirectement, notamment celles concernant la protection des données et des informations ou l’écriture inclusive. L’éthique du numérique et sa mise en œuvre sont actuellement à l’étude dans plusieurs domaines de l’Office fédéral. Un point de contact central n’est pas encore disponible. Un schéma d’évaluation éthique spécifique pour le Centre Suisse des Drones et de la Robotique (CSDR) a été mis au point en collaboration avec les universités de Zurich et de Saint-Gall. Celui-ci doit permettre, à l’avenir, d’évaluer en connaissance de cause les risques éthiques liés à l’acquisition de systèmes robotiques et de les communiquer à qui de droit. Le sujet de l’éthique du numérique est également d’actualité au niveau du département et son traitement se poursuivra dans le futur.

L’éthique du numérique en tant que vecteur de la culture d’entreprise

Indirectement, l’éthique est un élément et un vecteur de la culture d’entreprise. L’éthique du numérique aura par conséquent elle aussi un impact sur la culture d’entreprise. Nous devons donc aborder ce sujet et le mettre en œuvre activement. En outre, l’éthique reflète l’attitude et l’approche fondamentales d’une entreprise concernant certains états de fait. Il est donc tout à fait possible que l’éthique globale de l’entreprise influence cette dernière dans son rôle d’employeur. L’éthique du numérique aura vraisemblablement un impact direct tant sur la culture d’entreprise que sur la manière dont le personnel et les citoyen(ne)s perçoivent armasuisse. La numérisation et l’éthique du numérique continueront de gagner en importance et feront de plus en plus partie intégrante des activités de l’entreprise.