print preview Retour A pro­pos

L’environnement de simulation du futur

Le domaine spécialisé Gestion de la recherche et recherche opérationnelle d’armasuisse Sciences et technologies (S+T) a construit ces derniers mois un laboratoire en collaboration avec le commandement de l’instruction afin de tester en profondeur les environnements de simulation du futur. Les données ainsi récoltées permettent de mettre au point la stratégie de simulation de l’armée et, dès lors, de contribuer au paysage de la simulation de demain.

15.10.2021 | Dr Adrian Schneider et Dr Michael Rüegsegger, Recherche opérationnelle et analyse de systèmes, armasuisse S+T

Impression de l'écran d'une application de simulation : Le système mobile de défense sol-air Patriot sur Gurnigel tire un missile.
Le système de défense sol-air mobile Patriot tire des missiles au Gurnigel. Multiplier les expériences virtuelles de ce type en divers lieux permet d’obtenir des informations précieuses à moindre coût.

Aujourd’hui, le paysage de la simulation de l’Armée suisse est composé d’un grand nombre de systèmes extrêmement spécifiques. Il s’agit notamment de simulateurs de chars, de vol et de conduite.

Souvent propriétaires, ces applications compartimentées ne peuvent être mises en réseau et il est impossible de bénéficier d’éventuelles synergies en matière de développement. Dès lors, des analyses et des entraînements transversaux (multi-domain) entre plusieurs sphères d’opérations au sein d’un ensemble interarmées sont impossibles.

Ces dernières années, l’industrie du jeu vidéo a lancé un grand nombre de jeux de simulation qui permettent une mise en réseau croissante et une grande flexibilité. Le principe éprouvé des interfaces ouvertes permet de représenter ses propres forces armées ainsi que celles des ennemis et même de remplacer des modèles balistiques. Le large éventail existant de soldats, de véhicules, d’effecteurs et de capteurs peut être complété par des objets spécifiques aux propriétés programmées. Cette versatilité permet de modéliser divers scénarios couvrant plusieurs sphères d’opérations, le tout en réseau, donc indépendamment du lieu.

L’IA dans les environnements de simulation

Comme dans tant d’autres domaines, l’intelligence artificielle ouvre la voie à de nouvelles perspectives. Les soldats, les sections ou les compagnies peuvent être complètement remplacés par des « agents de l’IA » qui exécutent automatiquement les ordres. La formation des cadres supérieurs, qui nécessite beaucoup de personnel, ou l’examen d’une doctrine s’en trouveraient considérablement simplifiés.

Dans le laboratoire de test d’armasuisse S+T, ces nouveaux environnements de simulation sont examinés puis évalués quant à leur aptitude au développement des forces armées (CD&E), à l’aide à l’engagement ainsi qu’à l’entraînement et à la formation. L’objectif est de déterminer ce qui peut être accompli grâce aux nouveaux produits, mais aussi comment les connecter afin de couvrir un grand nombre d’applications différentes. Les conclusions et les propositions seront ensuite intégrées à la stratégie de simulation de l’armée avec le concours du commandement de l’instruction, afin de permettre une évaluation de ces technologies dès la phase de conception.