print preview Retour A pro­pos

Attribution du premier Distingushed Postdoctoral Fellowship du Cyber-Defence Campus

Le premier Cyber-Defence Campus (CYD) Distingushed Postdoctoral Fellowship a été décerné à M. Dimitri Percia David, chercheur post-doctoral à l’Information Science Institute de la Geneva School of Economics and Management (UNIGE). Ses travaux seront axés sur la prospective technologique et la surveillance des marchés à des fins de cyberdéfense.

09.09.2020 | Domaine spécialisé WTC4I, Alain Mermoud

Dimitri Percia David, premier récipiendaire du Distinguished Postdoctoral Fellowship
Dimitri Percia David, premier récipiendaire du Distinguished Postdoctoral Fellowship

En janvier 2019, le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a donné son feu vert à la création du CYD-Campus, placé sous la responsabilité d’armasuisse, Sciences et technologie (S+T). Le CYD-Campus vise notamment à anticiper et à contrer les cybermenaces. Lancé conjointement par l’EPFL et le CYD-Campus, le programme « CYD Fellowships - A Talent Program for Cyber-Defence Research » constitue une manière d’atteindre cet objectif par la promotion de la recherche et de l’éducation en matière de cyberdéfense.

Ce programme reconnaît et soutient les étudiants les plus accomplis en finançant des thèses de master ainsi qu’en accordant des bourses doctorales et post-doctorales émérites. L’accent est mis sur les jeunes talents souhaitant, par leurs travaux de recherche, contribuer au domaine de la cyberdéfense. Ces Fellowships sont octroyés à la condition que le ou la candidat-e soit inscrit-e dans une université suisse. Tout au long de leurs projets de recherche, les participants collaborent étroitement avec des cyberexperts d’armasuisse S+T et travaillent au sein de l’un des trois espaces universitaires du CYD-Campus. Les trois premières bourses ont été décernées en juillet 2020. Premier candidat à avoir décroché un Distinguished Postdoctoral Fellowship, Dimitri Percia David œuvre depuis le mois d’août dans le domaine de la prospective technologique et de la surveillance des marchés au sein du CYD-Campus à l’EPFL. Nous l’avons rencontré pour une brève interview.

M. Percia David, qu’éprouve-t-on à devenir le premier « postdoctoral fellow » du CYD-Campus ?

C’est un grand honneur pour moi d’être le premier récipiendaire du CYD Distinguished Postdoctoral Fellowship. Je me réjouis de collaborer avec les experts du CYD-Campus et j’espère que mes recherches contribueront à systématiser notre capacité de prospective technologique en appliquant des analyses quantitatives et de réseau dans le domaine des technologies de cyberdéfense. J’espère également que mon approche apportera quelques éclaircissements quant à la gestion de l’incertitude inhérente aux investissements dans les technologies de cyberdéfense.

Quel est votre parcours en matière de recherche ?

Je suis titulaire d’un doctorat en systèmes d’information de l’université de Lausanne. Ma thèse porte sur les ressources nécessaires pour développer une capacité de cyberdéfense des infrastructures critiques, c’est-à-dire la capacité à prévenir, détecter et réagir aux défaillances des systèmes d’information dans le domaine des services publics critiques. Ma contribution repose sur trois piliers. Tout d’abord un modèle contribuant à anticiper l’impact des technologies disruptives sur le niveau d'investissement optimal dans la cybersécurité en fournissant un cadre permettant de sélectionner et d’investir dans les technologies les plus efficaces. Ensuite, un cadre de recrutement visant à attirer des spécialistes en informatique dans des domaines de pointe. Enfin, un modèle de promotion de l’absorption tacite des connaissances sur la cybersécurité. Ma thèse présente également des recommandations en matière de politique et un calendrier de recherche pour de futurs travaux.

En quoi consistera votre activité au sein du CYD-Campus ?

En ma qualité de Distinguished Postoctoral fellow, je me concentrerai sur la prospective technologique et la surveillance des marchés à des fins de cyberdéfense. En adoptant une approche d’éconophysique, c’est-à-dire à la fois économique et physique, mon but est d’analyser les réseaux d’intelligence collective et les processus en cascade au sein de systèmes complexes afin d’étudier et de modéliser les réseaux ayant trait à la capacité de production, les structures d’innovation et les dynamiques sous-jacentes au « hype cycle » des technologies de cyberdéfense.

En quoi la prospective technologique est-elle pertinente en matière de cyberdéfense ?

Sur le plan commercial, la veille technologique permet aux organisations de surveiller et de prévoir les opportunités et menaces technologiques susceptibles d’affecter leur croissance et leur survie futures. Comme le souligne la Stratégie nationale de protection de la Suisse contre les cyberrisques, une détection précoce des tendances technologiques constitue un aspect important pour le développement de la cyberdéfense suisse.

Quelles seront vos premières contributions ?

Je me réjouis d’appliquer des méthodes et des techniques du monde de la finance et du négoce – où j’ai travaillé pendant trois ans en qualité d’analyste des données – combinées à des techniques de la science des données pour améliorer notre cyberdéfense. Les premiers résultats de mon Fellowship seront communiqués au grand public le 3 novembre prochain, dans le cadre de la conférence du CYD-Campus au SwissTech Convention Center de l’EPFL.

En outre, en qualité de coprésident de la 16e International Conference on Critical Information Infrastructures Security, je suis en train de préparer un programme spécial de trois jours au SwissTech Convention Center sur le thème « Technology forecasting, monitoring, foresight and scouting for information infrastructures protection ».

 

Le Fellowship Program du CYD-Campus est ouvert aux étudiants inscrits dans une université suisse. Les étudiants peuvent soumettre leur candidature deux fois par an.