print preview Retour Aperçu, messages, manifestations

ARCHE 2021 − La robotique suisse au service de l’aide en cas de catastrophe de demain

La semaine d’intégration ARCHE (Advanced Robotic Capabilities for Hazardous Environments) a été organisée pour la quatrième fois dans le village d’exercice unique en son genre de Wangen an der Aare. Cette semaine permet entre autres d’évaluer l’aptitude à l’usage de la robotique suisse pour l’aide en cas de catastrophe de demain. Pendant une semaine, 19 équipes de recherche suisses ont eu l’occasion de tester leurs systèmes dans un environnement proche de la réalité sur le site d’instruction des troupes de sauvetage.

19.07.2021 | Romy Joller, domaine spécialisé Communication, ressources et support

La semaine d’intégration annuelle ARCHE (Advanced Robotic Capabilities for Hazardous Environments) a eu lieu cette année pour la quatrième fois. Au cours de celle-ci, quelque 150 chercheurs et étudiants ont testé leurs drones et robots sur le site d’instruction des troupes de sauvetage de Wangen an der Aare. L’accès aux installations d’entraînement permet entre autres aux équipes de chercheurs de collecter des données dans des conditions proches de la réalité et de perfectionner leurs systèmes en se fondant sur la pratique.

Tous les deux ans, les membres de la protection civile ont la possibilité de découvrir les activités de ces chercheurs au cours d’une journée de démonstration ; cela a également été le cas cette année. Environ 120 visiteurs issus de l’armée suisse, de l’administration fédérale et des autorités civiles en charge de la sécurité ont obtenu un aperçu des technologies robotiques actuelles dans le domaine de l’aide en cas de catastrophe.

Détection de radiation au sol et dans les airs

En collaboration avec la société Arktis Detectors, des chercheurs de la Haute école spécialisée des Grisons (Institute for Photonics and ICT), de la Haute école spécialisée de la Suisse orientale (Institute for Software) et de l’EPF de Zurich (Vision for Robotics Lab) ont construit un drone, « birdAI » (Unmanned Aerial Vehicle UAV), ainsi qu’un véhicule terrestre, « boarAI » (Unmanned Ground Vehicle UGV), dotés de détecteurs de radiation intégrés afin de pouvoir mesurer les rayons gamma en toute sécurité. Un UAV et un UGV de ce type pourraient être utilisés conjointement afin de surveiller la radiation lors du démantèlement d’une centrale nucléaire ou après un attentat terroriste « à la bombe sale ». 

D’autres systèmes sont déjà utilisés pour la détection de rayonnement nucléaire mais les robots terrestres et volants sans pilote offrent plusieurs avantages. Grâce à eux, les humains n’ont plus à se rendre dans les zones dangereuses et une automatisation des systèmes est envisageable. Qui plus est, ces deux robots sont relativement petits et peuvent donc être transportés facilement, sans délai. Ils sont particulièrement adaptés pour des missions rapides et discrètes. 

Robot quadrupède sur roues ANYmal

L’équipe de Marko Bjelonic du Robotic Systems Lab de l’EPF de Zurich a de nouveau participé à l’événement avec son robot quadrupède sur roues « ANYmal on wheels ». Le robot hybride a l’avantage de pouvoir se déplacer aussi bien sur ses pattes que sur ses roues. Ses roues lui permettent d’effectuer de manière rapide et efficiente de longs trajets dans des environnements structurés, ses pattes, d’affronter des terrains exigeants et de surmonter des obstacles difficiles. Avec ses nombreux capteurs, il est en mesure d’explorer et de cartographier son environnement de manière autonome, de détecter des objets et de communiquer leur position au centimètre près, ainsi que de naviguer dans l’environnement cartographié.

La semaine d’intégration a montré qu’après de longues années de recherche, le robot pouvait également se déplacer en terrain difficile, comme cela avait été prévu. Grâce à l’apprentissage automatique, le système est plus agile, plus résistant et à même d’affronter de multiples terrains. À l’avenir, l’équipe de chercheurs se focalisera davantage sur la précision de la navigation autonome pour rendre le robot apte à prendre seul des décisions complexes.

Des plateformes robotiques pour différentes charges utiles

La société Pulsed Power Systems AG (PPS AG) a présenté un robot à chenilles adapté à différentes charges utiles. Ce système a été développé dans le cadre d’une collaboration de recherche avec armasuisse S+T, en coopération avec différents instituts suisses. Grâce aux différentes charges utiles possibles, ce robot peut être utilisé pour diverses applications. Il peut notamment être équipé d’un bras de préhension lui permettant de manipuler des objets ou de charges utiles pour la lutte contre le feu ou le transport d’un petit drone de reconnaissance.

Cette année, c’est la version pour la lutte contre le feu qui a été testée sur place avec la formation d’application génie/sauvetage/NBC. Des membres du bataillon de sauvetage de l’aide en cas de catastrophe ont été formés à ce système et ont présenté le robot équipé du canon à eau « Tornado RC » lors d’un exercice d’intervention, au cours de la journée de démonstration.

Chaque année, ARCHE est l’événement phare de ce projet de recherche. C’est une semaine divertissante au cours de laquelle nous progressons énormément. 

                            - Christian Bermes, prof. de robotique mobile, HES Grisons

Centre Suisse des Drones et de la Robotique SCDR armasuisse
Sciences et technologies
Feuerwerkerstrasse 39
CH-3602 Thun
Tél.
+41 58 468 27 78

E-Mail


Personne de contact

Dr Mark Höpflinger
E-Mail