print preview

Protection de la nature

Nid

Le nouveau mâle conquiert la femelle et l'eyrie

26 mars : Inhabituellement en retard, le mâle rembourre le nid, deux jours seulement avant que la femelle ne ponde ses oeufs. Pendant la ponte de trois œufs, un nouveau mâle (avec un anneau en métal) a chassé le mâle des trois dernières saisons de reproduction réussies (sans anneau) dans des combats sanglants, détruisant un œuf après l'autre qui n'avait pas été fertilisé par lui. Le nouveau couple de cigognes restera probablement sans descendance cette année.

24 février: Neuf jours après la femelle, le mâle est maintenant également arrivé dans le nid.

Le dimanche 16 février (4 jours plus tard que 2019), la célèbre femelle à bague jaune a atterri sur son nid à 14h45. Elle a d'abord retiré la vieille coquille de l'œuf non éclos, qui était réapparue pendant l'hiver sous le matériel de nidification diminué. 

Webcam

Pour la quatrième saison consécutive déjà, les cigognes viennent s’installer dans la Papiermühlestrasse, à Berne, sur la cheminée du bâtiment classé d’armasuisse Immobilier. La webcam, mise en place sur le toit dès l’année dernière, offre donc de nouveau à présent 24 h sur 24 des images intéressantes des joies et peines de la famille de cigognes. Le site www.berner-storch.ch propose ainsi des images actualisées toutes les cinq minutes. L’année dernière, ce sont près de 8000 visiteurs quotidiens qui ont observé les oiseaux grâce à la webcam.


Petit récapitulatif de 2016 à 2019

Le couple de cigognes s’est installé dans le quartier nord de Berne en mars 2016, une grande première depuis 1950. Il s’agissait d’un véritable événement car les cigognes blanches s’étaient éteintes en Suisse et aujourd’hui encore, elles sont fortement menacées.


Après une première saison de nidification infructueuse, le couple est revenu de ses quartiers d’hiver fin février 2017 pour retrouver son nid bernois. La joie était grande à l’éclosion de quatre oisillons fin avril. Malheureusement, seul l’un des cigogneaux a survécu au temps printanier froid et humide, mais après deux mois de formation au vol, celui-ci a pu s’envoler sain et sauf en septembre.


Fin février 2018 également, les deux cigognes étaient de retour dans le nid du quartier nord de Berne. En mars, la femelle a pondu 5 œufs: le premier cigogneau a éclos fin avril, et début mai on comptait quatre oisillons au total. Rapidement, un petit cigogneau plus faible n’a plus été visible dans le nid. Toutefois, les trois autres oisillons se sont parfaitement développés. Le 5 juin, les trois jeunes cigogneaux ont été bagués par Cigogne Suisse, avec le soutien actif des sapeurs-pompiers professionnels de Berne. À partir de la mi-juillet, le nid bernois des cigognes était généralement vide en journée, car les trois cigogneaux apprenaient à voler. Ils ont alors pris leur envol début août pour leurs quartiers d’hiver méridionaux et leurs parents ont été vus dans le nid début septembre pour la dernière fois.

Un jour plus tôt que l’année dernière, la femelle cigogne, baguée à la patte gauche, a retrouvé le 12 février 2019 son nid dans le quartier nord de Berne. 4 mars: La cigogne femelle n'est plus seule: Son compagnon des trois dernières saisons s'est enfin installé dans le nid. Une semaine plus tôt que l'an dernier, le premier œuf est couché dans le nid de cigognes de Berne. Il y a eu du nouveau dans le nid avec les 6 oeufs durant Pâques, les cigogneaux naissent depuis lundi de Pâques. Le temps turbulent du mois d'avril avec de la neige, du gel, de la tempête et surtout de la pluie continue n'a malheureusement laissé qu'un seul des trois oisillons d'origine avec une chance réelle de s'envoler. Après l’envol du cigogneau pour le sud, le mâle et la femelle cigognes ont été observés pour la dernière fois dans le nid le 12 septembre.

 
 
 
 


Protection de la nature

Depuis 1999, le centre de compétences Nature du DDPS a cartographié les biotopes dignes de protection sur plus de 100 sites militaires et a procédé à l’harmonisation avec l’utilisation par l’armée et par des tiers.

En plaine, la part des biotopes dignes de protection sur les sites militaires est de 13 %, alors qu’elle est de 4 % en moyenne nationale. Pour prévenir l’extinction de nouvelles espèces d’oiseaux, la station ornithologique suisse indique qu’une part de 8 à 12 % de la surface utile agricole est nécessaire.

Sur le terrain des chars de la place d’armes de Thoune, une nouvelle espèce d’oiseau nicheur s’est installée chaque année depuis 1999. Il est ressorti de la comparaison du monitoring de la biodiversité en Suisse avec celui du DDPS qu’il n’y a pas plus d’espèces d’oiseaux nicheurs sur les sites militaires (38 à 40 espèces par km²) que dans les espaces civils. 2/3 des espèces aviaires et végétales menacées selon la liste rouge se développent toutefois mieux sur des sites du DDPS.


Dispositions contraignantes et instruments dans le domaine: Protection de la nature 

Protection de la nature

Toutes



armasuisse Immobilier Guisanplatz 1
CH-3003 Berne
Tél.
+41 58 463 20 20

E-Mail


Heures d'ouverture

Lundi - Jeudi
08:00-12:00/ 13:15-17:00

Vendredi
08:00-12:00/ 13:15-16:00

armasuisse Immobilier

Guisanplatz 1
CH-3003 Berne

Carte

Voir la carte