print preview Retour Messages

La robotique suisse au service de l’aide en cas de catastrophe

À l’avenir, les interventions de robots dans le cadre d’opérations d’aide en cas de catastrophe devraient se multiplier. Ces machines sont destinées à assister et protéger les secouristes, mais surtout à apporter une aide plus rapide aux victimes. Dans cette optique, le DDPS a lancé un programme de recherche afin d’évaluer les possibilités d’application des robots en de telles circonstances.

07.08.2018 | Patrizia Zwygart

arche_löschroboter_in_katastrophenhilfe
Un robot d’extinction en action au cours d’un accident chimique aux effets imprévisibles

Semaine de la recherche robotique

Dans le cadre du projet ARCHE (v. encadré), un événement d’une semaine a été organisé en juillet dernier à Wangen an der Aare. L’occasion pour les principaux acteurs suisses de la recherche en robotique de tester leurs robots dans un environnement réaliste au cours de simulations de catastrophes et d’échanger avec des soldats de la FOAP G/sauv/NBC. Les chercheurs des deux écoles polytechniques fédérales, d’universités et de hautes écoles spécialisées ainsi que d’autres partenaires de recherche du CSDR (v. encadré) ont ainsi pu élargir leurs connaissances des applications de la robotique dans le domaine de l’aide en cas de catastrophe.

Journée d’information

Lors d’une journée d’information, des scientifiques parmi les plus renommés du domaine de la recherche en robotique en Suisse ont présenté des robots capables de marcher, conduire, voler ou encore nager, ainsi que leur utilité potentielle en cas de catastrophe. Outre des aspects techniques, le thème central de l’éthique dans la robotique a également été abordé, notamment au travers de la présentation par l’université de Zurich d’une étude commandée par armasuisse S+T portant sur la dimension éthique de l’engagement des robots dans le domaine de la sécurité.

En parallèle à ces présentations, les spectateurs ont eu l’occasion d’assister à de nombreuses démonstrations grandeur réelle, pour certaines en première mondiale. Des résultats de recherche ont été présentés en matière de lutte contre les incendies, de localisation de personnes, de franchissement d’obstacles importants, de mesure de rayonnement radioactif, de livraison de matériel de premier secours, de ravitaillement des personnes ensevelies ou encore de cartographie.

Les progrès de la navigation autonome n’ont pas été en reste, puisque plusieurs robots ont démontré leur capacité à progresser à proximité d’obstacles sans guidage GPS. Une condition importante pour le déploiement autonome de robots en milieu confiné, qu’il s’agisse d’immeubles ou du sous-sol (grottes, tunnels, galeries, etc.).

arche_robotik_in_katastrophenhilfe_hilfe_aus_der_Luft
La robotique au service de l’aide en cas de catastrophe – appréciation de la situation et mesure du rayonnement depuis les airs

Exemple 1 : mesure du rayonnement

En 2017, le CSDR a lancé une étude visant à évaluer les futures possibilités de détection de rayonnements radioactifs et de mesure des valeurs environnementales au moyen de mini-drones. Coordonnée par armasuisse S+T, cette étude est placée sous la direction de l’ETH Zurich et réalisée en collaboration avec la Haute école technique de Rapperswil, un partenaire industriel, la FOAP G/sauv/NBC et le laboratoire de Spiez. Les premiers résultats de cette coopération ont été présentés dans le cadre de l’événement sous la forme d’une carte permettant de visualiser les relevés environnementaux. Des électrodes de soudage au thorium disponibles dans le commerce ont fait office de sources de rayonnement.

arche_robotik_in_katastrophenhilfe_rettung_vom_boden
La robotique au service de l’aide en cas de catastrophe – intervention en terrain dangereux

Exemple 2 : contrôle à distance d’une pelle-araignée

Le contrôle à distance d’une machine articulée et en partie automatisée pesant près de 12 tonnes sur environ 70 km a été présenté en première mondiale au cours de l’événement ARCHE 2018. Particulièrement mobile, cette plateforme permet de transporter des charges et équipements divers (pelles, pinces mécaniques, engins de forage ou encore pinces à béton) jusqu’au lieu de la catastrophe pour des applications multiples. Son train de roulement peut être automatisé afin de faciliter son exploitation, accroître la productivité et bénéficier de plus de robustesse sur le terrain. En collaboration avec l’ETH Zurich, le CSDR mène un projet de recherche en vue d’explorer les applications futures nécessitant la manipulation d’objets lourds tout comme celle, plus « délicate », d’objets fragiles. Ce projet doit montrer dans quelle mesure de telles machines commandées à distance pourraient notamment éliminer des restes de munitions ou d’explosifs.

Campagne « Switzerland – home of drones » et ARCHE

Dans le but de positionner la Suisse en tant que pôle d’innovation et de technologie leader dans le monde, l’organisme Présence Suisse a lancé la campagne « Switzerland – home of drones » au sein du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Cette campagne offre des opportunités en matière de promotion économique et contribue notamment à faire connaître à l’étranger des start-up et entreprises suisses spécialisées. Là où « Switzerland – home of drones » se focalise sur des considérations économiques, l’activité de recherche dans le domaine Advanced Robotic Capabilities for Hazardous Environments (ARCHE) du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) met l’accent sur les aspects technologiques. Lancé en 2017, le projet ARCHE est une initiative du Centre suisse des drones et de la robotique (CSDR) du DDPS dirigée conjointement avec la FOAP G/sauv/NBC, l’ETH Zurich et le Pôle de recherche national (PRN) Robotique. Ce programme de recherche a pour objectif d’évaluer le niveau de maturité de ces technologies et les possibilités d’application de la robotique suisse en matière d’aide aux catastrophes.

Exemple 3 : une « trompe d’éléphant » robotisée

Un projet de recherche lancé par le CSDR en 2017 en collaboration avec l’ETH Zurich et la FOAP G/sauv/NBC vise à développer des outils « intelligents » en vue d’assister les secouristes dans le ravitaillement et le sauvetage de personnes ensevelies. En neuf mois seulement, une équipe d’étudiants de l’ETH Zurich a élaboré un prototype de démonstration s’appuyant en grande partie sur un procédé de fabrication additive (impression 3D). Ressemblant à un ver, cet engin se compose de segments élastiques actionnés par commande pneumatique et reliés à un module entraîné par chenilles, assurant la motricité de l’ensemble. De tels robots pourront par exemple se glisser dans de petits interstices et aider les secouristes à localiser des personnes ensevelies, mais aussi à les ravitailler en eau ou en air frais.